Suivre ce blog via Facebook

dimanche 22 avril 2018

Les ours polaires ne meurent pas de faim, affirme le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut (nord du Labrador)

L'une des personnes qui supervise une chasse autochtone aux ours polaires affirme que la population se porte bien, malgré des photos déchirantes en ligne qui laissent croire que certains ours meurent de faim.

Chaque année, le gouvernement du Nunatsiavut accorde des permis d'ours polaires aux chasseurs inuits vivant dans la région du Nord du Labrador.

Les Inuits ont établi un quota de 12 ours polaires cet hiver. Le gestionnaire de la faune du Nunatsiavut, Jim Goudie, a déclaré que les 12 ours ont été pris au cours des sept premiers jours de la saison.

Goudie a déclaré que ce n'était que la dernière preuve que les ours polaires sont sur un point de rebond dans le nord du Canada - une tendance qui, selon lui, a été enregistrée par les autorités depuis des années.

"Il y a beaucoup de signes d'ours", a-t-il déclaré à Labrador Morning de Radio-Canada. "Beaucoup d'ours et une continuation de ce que nous avons vu au cours des trois ou quatre dernières années."

La chasse au Nunatsiavut se déroule sur une zone s'étendant du cap Chidley, à l'extrémité nord du Labrador, jusqu'à Fish Cove Point, plus au sud, près de Rigolet.

Goudie a déclaré que la majorité des ours sont tués dans les régions de Nain et de Hopedale.

«Vous pouvez aller où vous voulez au Nunatsiavut ou dans la région visée par le règlement des Inuit du Labrador pour récolter votre ours polaire», a-t-il dit. "Partout à l'extérieur des limites du Nunatsiavut, la chasse est illégale."

Ceux qui chassent les ours sont légalement obligés de donner de la viande qu'ils n'utilisent pas, mais ils sont libres de faire ce qu'ils veulent avec les peaux.

La plupart choisissent de les vendre à de riches acheteurs du Canada vers l'Asie de l'Est, et chaque peau est munie d'une puce informatique pour prouver qu'elle a été acquise par une chasse légale.

Goudie a dit que, avant le relevé de 2007, on estimait qu'il y avait environ 880 ours polaires dans les régions du nord du Labrador et du nord du Québec. Cependant, l'étude a trouvé 2 152 animaux, une augmentation significative par rapport à l'estimation précédente.

Les chercheurs sont actuellement en train de mener une nouvelle étude et Goudie a déclaré que le bouche à oreille indique que la population continue de rebondir.

"Je pense que notre population d'ours polaires est très, très saine", a-t-il dit. "La population d'ours polaires du détroit de Davis est probablement l'une des plus saines au Canada et certainement dans le monde."

Goudie a déclaré que même s'il y a quelques groupes d'ours polaires en difficulté, la majorité d'entre eux prospèrent.

Il a dit que malgré cela, la plupart des gens n'en ont aucune idée et - d'après ce qu'il voit sur le web - beaucoup semblent penser que les ours polaires sont en difficulté et en déclin globalement.

Goudie cite un article récemment paru dans le National Geographic qui montre ce qui semble être un ours polaire affamé, mais en réalité, c'est un animal malade.

«C'est une histoire facile à raconter, que les ours polaires ont de gros problèmes, parfois je dois me mordre la langue ou ne pas toucher au clavier quand je vois ces messages dans les médias sociaux», a-t-il dit.

Source:

mardi 17 avril 2018

"Terminus Tranquille": un exercice mobile de lutte contre les maladies infectieuses s'est tenu dans l'État de Washington du 10 au 13 avril


Un Boeing 747 a atterri mercredi à l'aéroport international de Spokane dans le cadre d'un exercice d'entraînement à la lutte contre les maladies infectieuses. Le jet est équipé d'un système de confinement biologique conteneurisé, d'une installation de traitement entièrement équipée qui permet au personnel médical de traiter les patients pendant le transport, tout en les empêchant d'être contaminés par la maladie. 

L'exercice, intitulé «Tranquil Terminus», a permis de pratiquer les procédures de réponse d'urgence appropriées. Le ministère de la Santé et des Services sociaux, le département de la santé de l'État de Washington, le district sanitaire régional de Spokane et le centre médical Providence Sacred Heart, entre autres organismes, ont joué un rôle. Des exercices similaires ont été effectués dans sept autres États. 

Source:
https://www.kxly.com/news/local-news/tranquil-terminus-mobileinfectious-disease-fightingdrill-arrives-in-spokane/728338658

lundi 16 avril 2018

La DCA syrienne a intercepté ce lundi soir neuf missiles lancés sur l'aéroport de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs. Contacté par Sputnik, le Pentagone a déclaré que les USA ne menaient aucune opération dans la zone en question. Des médias arabes présument que l'attaque aurait été menée par Israël

* L'agence de presse syrienne a finalement démenti la nouvelle, disant que c'était une fausse alerte de violation de l'espace aérien syrien:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035979186-syrie-attaque-sana-shayrat/

La DCA syrienne [défense syrienne] a intercepté ce lundi soir une dizaine de missiles qui visaient l'aéroport militaire de Shayrat, dans le gouvernorat de Homs, a annoncé la télévision nationale du pays.

«Les missiles de l'ennemi, qui étaient au nombre de 9, ont été interceptés par la DCA syrienne», précise la source.

Par la suite, une source militaire a confirmé à Sputnik ces innformations. 

«La DCA syrienne dévie une frappe de missiles visant un aérodrome militaire dans le gouvernorat de Homs», a précisé l'interlocuteur de l'agence.

Plus tôt dans la journée de lundi, l'agence nationale SANA avait rapporté que la défense antiaérienne du pays avait intercepté des missiles près de Homs.

Sources:
https://fr.sputniknews.com/international/201804171035976846-syrie-dca-missile-homs/
https://www.almasdarnews.com/article/breaking-syrian-air-defense-fires-missiles-at-suspected-israel-warplanes-in-eastern-damascus/
https://twitter.com/Ibra_Joudeh/status/985998764795154432
https://www.express.co.uk/news/world/947044/Syria-airstrike-Damascus-Homs-attack-anti-aircraft-Israel-Assad-Putin-USA-UK-France

La télévision nationale russe instruit sa population au cours des derniers jours: préparez-vous au "Jugement dernier"


Avez-vous reçu les instructions de votre gouvernement de vous préparer à un possible, soudain et gigantesque bris de fonctionnalité? 

Les ministères de la sécurité civile de plusieurs pays, ou villes, préconisent de disposer d'articles essentiels pendant une période de 72 heures (eau, nourriture, médicaments, etc.). Vous imaginez que si un conflit mondial éclate, vous devrez disposer d'un stock beaucoup plus important puisqu'en quelques heures, le prix de l'essence risque d'exploser, suivi par le prix des aliments. Il deviendrait très difficile, en quelques jours, voire quelques heures, de trouver de la nourriture, de l'eau, des nécessités de base et des médicaments.

C'est très inconfortable et angoissant à envisager, mais cette réflexion lucide est impérative et devrait se traduire par des actions. Ceci est l'aboutissement de la raison d'être de ce blog.



L'arche de Noé (guide de survie)
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2015/05/larche-de-noe.html

Le président russe Vladimir Poutine a averti dimanche que de nouvelles frappes occidentales contre la Syrie provoqueraient « le chaos » dans les relations internationales, après une attaque coordonnée menée samedi par les États-Unis et leurs alliés

* Ce que nous pouvons en déduire, de la situation géopolitique mondiale actuelle, c'est que la mèche est courte et que l'horloge atomique doit être très près de minuit moins une. Prions pour que les aiguilles s'arrêtent pour encore un peu de temps...


M. Poutine a souligné, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, que « si de telles actions, menées en violation de la Charte des Nations unies, venaient à se reproduire, cela provoquerait inévitablement le chaos dans les relations internationales », selon un communiqué du Kremlin.

Les deux dirigeants ont « constaté que cette action illégale endommageait sérieusement les perspectives d'un règlement politique en Syrie », selon la même source.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad, une semaine après l'attaque chimique présumée du 7 avril dans la ville syrienne alors rebelle de Douma, imputée aux forces gouvernementales.

Vladimir Poutine avait déjà dénoncé samedi « avec la plus grande fermeté » ces frappes qu'il a qualifiées d' « actes d'agression à l'encontre d'un État souverain qui se trouve à l'avant-garde de la lutte contre le terrorisme ».

Source:
http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2018/04/20180415-103840.html

L’armée israélienne a accusé l'Iran, samedi, de contrôler une base aérienne à l’extérieur de la ville syrienne de Palmyre, l’armée a déclaré que le drone iranien abattu au-dessus du nord d’Israël plus tôt dans la journée avait été lancé de cette base

* Je crois qu'il n'y a pas de doutes que les Forces iraniennes sont bien implantées en Syrie...

La version russe  ;0)

La Russie ne dispose pas de données qui prouveraient la présence d’une base militaire iranienne non loin de Palmyre, en Syrie, selon la diplomatie russe

La version d'un média du Koweït (anglais)

L'Iran a menacé Israël de riposter à une récente frappe aérienne sur un aéroport militaire en Syrie qui a fait des victimes parmi le personnel iranien opérant à l'aéroport. La base aérienne militaire de Tiyas, également connue sous le nom de base aérienne T-4, est une base aérienne arabe syrienne située dans le gouvernorat de Homs, au nord de Tiyas, et à l'ouest de la ville antique de Palmyra. L'Iran a déployé du personnel militaire en Syrie, aidant le régime de Bachar Al-Assad à se rebeller contre les groupes d'opposition armés.

La version d'un média d'Israël 

«L’Iran et l’unité spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution iranien [Iranian Revolutionary Guards Corps] de la Force Quds opèrent depuis un certain temps sur la base aérienne T-4 en Syrie à côté de Palmyre, avec le soutien de l’armée syrienne et avec la permission du régime syrien», a déclaré samedi soir Tsahal, l'armée de défense d'Israël.

Dans la déclaration de l’armée de terre, il manquait une accusation selon laquelle la Russie – le principal fournisseur d’énergie en Syrie et le principal partisan du dictateur Bachar Assad – avait également permis à l’Iran et à sa Force Quds, responsable des opérations en dehors de l’Iran, d’exploiter la base aérienne.

Un responsable militaire israélien a déclaré que la base aérienne T-4, également connue sous le nom de base aérienne de Tiyas, est utilisée par l’Iran et la Force Quds de son Corps des gardes révolutionnaires pour transporter des armes avancées à d’autres membres de son « axe », qui est composé de la Syrie, du Hezbollah et des milices chiites dans la région.

« Cela fait partie d’un processus de renforcement de la force contre Israël », a déclaré le responsable, parlant sous couvert d’anonymat.

Source:

dimanche 15 avril 2018

Un exercice militaire conjoint Jordanie/États-Unis se déroule à partir d'aujourd'hui jusqu'au 26 avril: près de 4000 soldats américains à la frontière syrienne

* L'attaque de vendredi, geste insensé de la part de Trump, était-elle en fait un exercice opérationnel en vue d'un scénario de guerre beaucoup plus élaboré et destructeur?

Nikki Haley, représentante permanente américaine auprès de l'Onu, a déclaré que les États-Unis ne quitteraient pas le sol syrien avant que tous leurs objectifs ne soient accomplis
https://www.theglobeandmail.com/world/us-politics/article-us-to-sanction-companies-connected-with-syrias-chemical-weapons/

L'Iran répondra dans "moins d'une semaine" aux frappes aériennes américaines, britanniques et françaises, a déclaré le président Hassa Rouhani


Les États-Unis et la Jordanie ont lancé un exercice militaire de 12 jours comportant des scénarios allant de la sécurité des frontières à la lutte contre le terrorisme et, pour la première fois, un incident chimique simulé.

L'exercice Eager Lion a débuté dimanche, un jour après que les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne aient lancé des missiles sur des cibles militaires syriennes en réponse à une attaque présumée d'armes chimiques près de Damas il y a une semaine.

Le major-général Jon Mott, directeur des exercices et de la formation au commandement central des États-Unis, a déclaré aux journalistes qu'une équipe de laboratoire mobile répondrait à un incident chimique simulé.

Plus de 7 000 soldats, dont 3 500 militaires américains, participent à l'exercice annuel, le plus grand et le plus complexe de l'armée américaine dans la région.

Source:

Moscou fournit les preuves de la mise en scène de l'attaque présumée à Douma (vidéo)

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Le Général Wesley Clark, ancien haut commandant des Forces armées des États-Unis, expose clairement le plan globaliste: attaquer/prendre le contrôle de 7 pays en 5 ans dont la Syrie et... l'Iran!

* Le président iranien, Hassan Rohani, a prévenu lundi 9 avril que la réponse de l’Iran à un éventuel retrait américain de l’accord de Vienne, Trump doit donner sa réponse le 12 mai prochain, serait plus ferme que ne l’imaginent les Etats-Unis


Voici l'essentiel des propos rapportés par le général Clark:

Environ dix jours après le 11 septembre, je suis passé par le Pentagone et j'ai vu le secrétaire Rumsfeld et le secrétaire adjoint Wolfowitz. Je suis descendu pour saluer certaines personnes de l'état-major interarmées qui travaillaient pour moi, et l'un des généraux m'a appelé. 

Il a dit: "Monsieur, vous devez venir me parler. seconde". J'ai dit: "Eh bien, vous êtes trop occupé." Il a dit: "Non, non." Il dit: "Nous avons pris la décision que nous allions faire la guerre à l'Irak". C'était le ou vers le 20 septembre. J'ai dit: "Nous allons faire la guerre avec l'Irak, pourquoi?" Il a dit: "Je ne sais pas." 

Il a dit: "Je suppose qu'ils ne savent pas quoi faire d'autre." Alors j'ai dit: "Eh bien, ont-ils trouvé des informations reliant Saddam à al-Qaïda?" Il a répondu: "Non, non". Il dit: "Il n'y a rien de nouveau à cet effet là. Ils ont juste pris la décision d'aller en guerre avec l'Irak."

Il a dit: "Je suppose que c'est comme si nous ne savions pas quoi faire des terroristes, mais nous avons une bonne armée et nous pouvons renverser les gouvernements. Je suppose que si le seul outil que vous avez est un marteau, chaque problème doit ressembler à un clou." 

Donc je suis revenu le voir quelques semaines plus tard, et à ce moment-là, nous bombardions en Afghanistan. "Allons-nous encore en guerre avec l'Irak?" Et il a dit: "Oh, c'est pire que ça." Il s'est dirigé à son bureau, il a pris un morceau de papier et il a dit: "Je reviens tout juste de l'étage"- ce qui signifie du bureau du secrétaire à la Défense. 

Aujourd'hui, il a dit: "Voici un mémo qui décrit comment nous allons éliminer sept pays en cinq ans, en commençant par l'Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et, en finissant, l'Iran." 

J'ai dit: "Est-ce classé?" Il a dit: "Oui, monsieur." J'ai dit: "Eh bien, ne me le montrez pas." Et je l'ai vu [le général avec qui il a eu la discussion] il y a environ un an et j'ai dit: "Vous souvenez-vous de cela?" Il a dit: "Monsieur, je ne vous ai pas montré ce mémo! Je ne vous l'ai pas montré!" 

samedi 14 avril 2018

Les États-Unis se positionnent dans la région: Une énorme force d'intervention de 12 navires de guerre en direction de la Syrie dans l'une des plus grandes concentrations de puissance navale américaine depuis l'invasion de l'Irak en 2003

* Cette attaque en Syrie pourrait n'être qu'un prétexte pour les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, d'assurer une présence forte et stratégique jusqu'à la prochaine joute militaire, jusqu'au "grand coup". Une "fausse manœuvre" (lire false flag) sur les intérêts américains ou un autre scénario d'attaque chimique sur des civils syriens et c'est reparti!


L'USS Harry S Truman, un géant nucléaire, transportant 90 avions et escorté par son groupe de cinq destroyers et de cruisers [navires de guerre], se dirige vers l'Europe et le Moyen-Orient. 

On pense que quatre autres destroyers se trouvent déjà dans la Méditerranée ou à proximité, notamment Donald Cook, Porter, Carney et Laboon, ainsi que deux sous-marins à propulsion nucléaire, Georgia et John Warner. 

Le déploiement de 12 navires de guerre américains dans une mission est une énorme concentration de puissance de feu, l'un des plus importants depuis que six porte-avions ont soutenu l'invasion de l'Irak en 2003.

Lire la suite (anglais):

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés